23.03.2018

Parc de bâtiments: transformer plutôt que démolir

Le certificat « site 2000 watts » en transformation est un instrument qui permet de donner un nouvel avenir aux espaces bâtis existants.

L'Office fédéral de l'énergie (OFEN) étend le certificat «Site 2000 watts» aux espaces bâtis «en transformation». II offre ainsi aux villes, aux communes et aux particuliers un instrument qui leur permettra d'améliorer l'efficacité énergétique des quartiers existants et, par là, de leur donner de nouvelles perspectives d'avenir.

Institué en 2012, le certificat « Site 2000 watts » de l’OFEN est axé sur la planification et la construction de bâtiments à haute efficacité énergétique dans des zones non bâties ou sur des friches industrielles. Il garantit que les bâtiments en question respectent les valeurs cibles pour 2050 fixées dans le cahier technique La voie SIA vers l’efficacité énergétique, et ce d’un stade précoce de la planification à la phase d’exploitation, en passant par l’étape de la construction. Néanmoins, c’est le parc de bâtiments existant qui est encore et toujours responsable de la part la plus importante de la consommation d’énergie en Suisse. Et bien souvent, les communes et les propriétaires ne disposent pas de grandes surfaces se prêtant à la construction de nouveaux sites. D’où la décision de l’OFEN d’étendre la certification 2000 watts aux espaces bâtis existants, en collaboration avec l’Association Cité de l’énergie et des représentants des cantons. Car, comme l’explique Daniel Kellenberger, chef de projet Sites 2000 watts, « on n’atteindra pas les objectifs de la Stratégie énergétique 2050 si l’on n’augmente pas significativement le taux de rénovations ».

Les communes d’implantation appelées à jouer un rôle actif
L’extension du label aux sites en transformation vise à exploiter l’important potentiel énergétique du parc de bâtiments existant en rénovant ce dernier dans le cadre d’un processus jalonné d’étapes. Il s’agit de transformer les bâtiments actuels de manière à réduire leur consommation d’énergie primaire et leurs émissions de CO2 selon une courbe de décroissance permettant d’atteindre les valeurs cibles en 20 ans au plus. La catégorie « en transformation » du label « Site 2000 watts » offre aux communes un instrument qui leur permet de donner un nouvel avenir aux espaces bâtis existants. Elle leur confère un rôle plus actif que les catégories « en développement » et « en exploitation », les appelant à définir les points clés de la transformation en collaboration avec l’organisme responsable du site : le nombre maximal de places de stationnement, les exigences énergétiques posées aux bâtiments rénovés et aux bâtiments de remplacement, la densité et l’affectation du site ainsi que sa desserte (mobilité).

Pas d’obligation de rénover les bâtiments existants
Le cadre légal constitue un défi. Il est en effet presque impossible d’imposer des prescriptions énergétiques plus sévères aux bâtiments existants. Il n’existe pas non plus de bases légales permettant d’exiger des rénovations. Il est donc essentiel que les communes et les entreprises d’approvisionnement en énergie (EAE) accompagnent l’organisme responsable du site et l’incitent à agir sur une base volontaire. À chaque fois que cela est possible, il faut introduire à un stade précoce l’objectif d’un développement compatible avec la société à 2000 watts dans le processus de planification (densification, modification de l’affectation, etc.). Par exemple, la ville de Lucerne a introduit un standard bâtiment renforcé dans ses plans d’affectation, et les cantons de Berne et Zurich ont défini des zones où les prescriptions énergétiques sont plus sévères. Il est également possible d’édicter une obligation de raccordement à un réseau de chauffage à distance.

La phase pilote fournira des valeurs empiriques
Les responsables du certificat ont lancé en 2017 une phase pilote destinée à tester le nouvel instrument sur un maximum de six sites pilotes situés en Suisse. Ceux-ci devaient remplir deux conditions : s’être doté d’un organisme responsable et avoir établi une étude de faisabilité. Dans le cadre d’une telle étude, des conseillers 2000 watts examinent tous les points pertinents avec l’organisme responsable du site : identification des mesures à prendre pendant la transformation ; détermination des valeurs actuelles et des valeurs cibles pour l’approvisionnement, la dépollution et la mobilité ; définition d’objectifs qualitatifs en matière d’urbanisme, de communication, etc. La phase pilote vise à permettre à l’OFEN de tester les bases de certification à l’aide des valeurs empiriques collectées et, s’il y a lieu, de les optimiser avant la mise en œuvre définitive. Les premières demandes de certification des sites qui auront achevé cette phase de test avec succès devraient être déposées début 2019. En la matière, la bonne coordination de tous les acteurs concernés est un facteur clé de réussite.

Logo Energie Schweiz

Détail